Les fonctions dans Comète                       



 

Nous donnons ci-après les définitions des différentes fonctions occupées par les membres de Comète.

 

Chef de réseau

Le chef de réseau avait pour prérogatives : la connaissance de tous les organes de contacts de la Ligne, la direction et la surveillance de tous les secteurs, l’autorité sur tous les agents et mouvements de réseau, la disposition des fonds, l’exclusivité des engagements, au nom du réseau, vis-à-vis des organismes officiels.

Il avait le droit de délégation et se choisissait un successeur éventuel.

Il cumulait, avec cette fonction, celle qui lui paraissait compatible avec sa charge.

 

Chef de secteur

Le chef de secteur avait dans ses attributions : l’organisation du secteur et le recrutement de ses agents, les liaisons avec les sections provinciales et les secteurs voisins, la réception des ordres du chef de réseau.

Il assurait l’organisation des départs et arrivées des personnes que l’on appelait

communément les « colis » et qui étaient : soit des militaires anglais fugitifs espérant regagner leur pays d’origine, soit des personnalités belges voulant rejoindre le Gouvernement belge de Londres, soit des jeunes gens désireux de s’engager dans les Forces Alliées, soit des aviateurs alliées dont le but premier était de rejoindre leur base en Angleterre.

Le chef de secteur assurait également la direction spéciale des chefs-guides et des guides internationaux, l’administration et la répartition des fonds de son secteur.

 

Adjoint du chef de secteur

L’adjoint du chef de secteur se rendait dans les sections, convoyait à l’intérieur du pays, se rendait chez les différents hébergeurs et remplissait souvent la fonction de guide international.

Il était mis au courant par son chef des rouages du secteur de manière à être la personne  habilitée à le remplacer.

 

Chef guide international

Le chef guide international était généralement l’auteur de passages à la frontière ou à la ligne de démarcation. Il était chargé de recruter les passeurs et de les diriger, les prévenant des arrivées ou des contretemps. Il était lui-même guide international et avait des suppléants pour les cas d’indisponibilité ou d’affluence.

 

Guide international

Le guide international avait pour  mission de piloter les aviateurs ou autres « colis » au-delà d’une frontière surveillée, de leur remettre les faux documents en temps voulu et de les confier au guide suivant, au rendez-vous prévu qui était parfois distant comme Paris de Bruxelles.

Le guide remontait, ensuite, la Ligne vers son point de départ, avertissant des dangers et des changements d’itinéraire. Il était aussi souvent porteur du courrier de la Ligne ou de réseaux de renseignements.

 

Guide national

Le guide national ne passait pas de frontière. On distinguait le guide à long parcours et le guide régional qui pilotait les « colis » d’une section à l’autre.

 

Convoyeur

Le convoyeur pilotait les « colis » d’un hébergement à l’autre.

 

Passeur

Le passeur habitait la région de la frontière. Il hébergeait temporairement les aviateurs et leur guide, surveillait le moment propice pour le franchissement de la frontière et indiquait la route à suivre. Ses relations avec les douaniers, les gendarmes et les habitants de la région rendaient son concours particulièrement précieux.

 

Chefs de section

On distinguait le chef de section provinciale et le chef de section centrale ou du centre d’hébergement.

 

Le chef de section provinciale établissait, dans la région qui lui était dévolue, des centres de dépistage d’aviateurs, recrutait des hébergeurs et informait le chef de secteur.

Il disposait de fonds qu’il répartissait et veillait à ce que les aviateurs soient immédiatement pourvus de vêtements civils et, le cas échéant, de soins médicaux. Il leur fournissait parfois aussi des faux papiers.

 

Le chef de section centrale, plus couramment appelé chef de centre d’hébergement, n’avait pas, contrairement au chef de section provinciale, le rabattage dans ses fonctions.

Il recrutait et alimentait les hébergeurs et répartissait les fonds qui étaient mis à sa disposition.

 

Adjoint du chef de section

L’adjoint du chef de section avait une activité aussi étendue que le chef de section lui-même mais il n’avait pas de responsabilité dirigeante. Il avait ses centres d’hébergements, ses hébergeurs et ses convoyeurs. Il était, la plupart du temps, guide régional.

Il était au courant du fonctionnement de la section de manière à pouvoir prendre la place de son chef en cas de besoin.

 

Courrier

Le courrier transmettait des messages d’un agent à l’autre et plus rarement d’un secteur à l’autre.

 

Hébergeurs

On distinguait les chefs d’un centre de rassemblement ou d’un relais principal, les hébergeurs agents, les hébergeurs auxiliaires et les hébergeurs occasionnels.

 

Les chefs des centres de rassemblement s’occupaient d’hébergements où les aviateurs étaient groupés avant leur départ pour l’Angleterre.

 

Les hébergeurs agents étaient ceux qui avaient été recrutés spécialement pour loger les aviateurs. On pouvait compter sur eux à tout moment.

 

Les hébergeurs auxiliaires n’avaient pas été recrutés spécialement pour cette fonction.

 

Les hébergeurs occasionnels étaient ceux qui avaient fourni une aide sporadique. Ils avaient en outre, assuré par exemple des soins médicaux ou fait des dons matériels.

 

Agents directs

Certains chefs de secteur se sont entourés d’une sorte d’Etat-Major, dont les membres n’avaient pas de fonction définie. Ces derniers étaient les agents directs.

Ils étaient pour leur chef de secteur, des conseillers, des délégués occasionnels, des chargés de missions et de contacts avec des groupements de Résistance et étaient, dès lors, plus ou moins au courant du fonctionnement du secteur.

 

Graveurs, imprimeurs, fournisseurs de faux papiers

Les faux papiers étaient nécessaires tant  aux « colis » qu’aux agents.  Ils étaient d’une importance capitale pour assurer la sécurité des voyages.

Un seul « colis » avait à se munir de presque tous les documents suivants :

cartes d’identité belges établies à un faux nom, cartes de travail belges, passierschein ou aussweiss, cartes d’identités françaises, cartes de travail françaises, certificats de résidence français pour accéder à la zone non occupée, passeports espagnols.

 

Boîte aux lettres

Les boîtes aux lettres réceptionnaient et transmettaient la correspondance destinée aux chefs de réseau, de secteur ou de section.

 

 

                                                                                                                                                                   texte de Victor Schutters (2009)